Pourquoi le regard des autres vous empêche de progresser


le regard des autres Lorsque l’on décide d’emprunter une nouvelle voie, ou d’entamer un nouveau projet, quelque chose qui nous tient réellement à cœur, on fait face à ce que l’on pourrait appeler le regard des autres.

Avant même de commencer, avant même d’entamer notre projet, on commence à se demander ce que les autres vont bien pouvoir penser de nous, de notre nouvelle entreprise…

Le jugement des autres commence à prendre de l’importance alors qu’il ne devrait pas.

Pour beaucoup de personnes, il constitue un frein qui les empêche d’avancer et de progresser. Ils se retrouvent paralysés, esclave du regard des autres, esclave de la peur d’être jugé

J’aimerais vous poser une question…

Combien de projets avez-vous abandonnés parce que vous aviez peur du jugement des autres ? Combien de fois avez-vous renoncé à vos rêves, aux choses que vous vouliez réellement accomplir parce que vous ne pouviez pas faire face au regard des autres ?

Moi je l’ai fait, pendant très longtemps, et je peux vous dire que c’est un pur gâchis. Parce qu’ on a tous en nous quelque chose d’extraordinaire, d’exceptionnel, de magique…

Il est de notre devoir de le faire briller, il est de notre devoir de le faire vivre…

Mais c’est en faisant des erreurs qu’on parvient à progresser dans notre quête de soi, dans la quête de notre destinée. On essaye toujours de faire de notre mieux en évitant de commettre les mêmes erreurs, en essayant de faire les choses autrement, de faire les choses bien…

Aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous ce que j’ai appris durant mes années d’esclavage…

Comment se libérer du regard des autres

Lorsque l’on fait face au regard des autres, il est important de marquer un temps d’arrêt et de penser un peu au prix à payer, ce en quoi vous renoncez pour ne pas l’affronter.

Essayez de répondre à ces simples questions…

Êtes-vous prêt à laisser le regard des autres vous empêcher de vivre votre véritable potentiel ? Êtes-vous prêt à laisser le regard des autres vous empêcher d’accomplir votre rêve, d’accomplir votre destinée ? Êtes-vous prêt à laisser le regard des autres vous empêcher d’avoir la vie que vous voulez réellement, d’avoir la vie que vous méritez ?

Moi je n’en ai pas envie. Et vous ne devriez pas non plus.

On me dit souvent que je suis un rêveur et que je devrais avoir les pieds sur terre. Mais la vérité est que je n’ai pas envie d’avoir les pieds sur terre, j’ai envie de vivre, d’expérimenter et de partager ce que j’apprends en cours de route. J’ai envie de faire en sorte que mes rêves deviennent réalité, j’ai envie de les vivre ou du moins d’essayer de toute mes forces.

Je sais que certaines personnes ne comprennent pas ce que je fais, ni pourquoi je le fais. J’en suis conscient, mais j’ai pris la décision de ne pas laisser leurs jugements compromettre ce en quoi je crois, ce en quoi je me bats.

Parce que…

Le regard des autres n’est qu’une illusion

Peu importe ce que l’on envie de réaliser, peu importe ce que l’on a envie d’entreprendre, notre ego essayera toujours de nous empêcher. Pour y parvenir, il est prêt à faire n’importe quoi, à inventer n’importe quelle excuse.

En décidant de sortir de sa zone de confort, on met notre ego en danger parce qu’il n’aime pas les choses nouvelles. Il préfère rester dans sa petite zone très confortable ou rien de nouveau ne passe, ou rien d’excitant ni d’intéressant n’arrive. Mais on sait tous que la vie c’est beaucoup plus que ça. la vie, c’est chercher à progresser, à devenir meilleur jour après jour, à grandir…

Vous pouvez faire le choix de rester dans votre zone de confort, à faire les choses que l’on attend de vous que vous fassiez ou faire le choix de croire en vous et en votre potentiel, faire le choix de vous dépasser, d’affronter tout ce qui vous empêche d’atteindre votre véritable potentiel, et de le faire encore et encore sans jamais renoncer…

Vous pouvez vivre votre vie, ou vivre dans le regard des autres.

Le choix vous appartient.

Votre ami,

Nassim Zaidi

Pour aller plus loin découvrez la méthode en 4 étapes simples pour atteindre TOUT VOS OBJECTIFS

Pour télécharger GRATUITEMENT le guide, indiquez simplement votre adresse email dans le formulaire ci-dessous.

red-handdrawn

Note : Cette semaine on participe au festival de la croisée des blogs du site DéveloppementPersonnel.org organisé ce mois-ci par Laurence du blog happy-soul.fr sous le thème : Le regard des autres.

Share Button

10 thoughts on “Pourquoi le regard des autres vous empêche de progresser”

  1. The NeiD says:

    Ce regard dont tout le monde parle ne nous empêche nullement de progresser, mais plutôt il crée une sorte d’auto critique dans notre cœur, une sorte de peur qu’on peut tous surpasser avec un bol de volonté centrée sur notre objectif.
    Bref, son remède c’est la confiance en soi et la volonté de se démarquer 😉
    The NeiD 😀

    1. Nassim says:

      En réalité NeiD, ce n’est pas le regard des autres en soi qui nous empêche de progresser, mais plutôt l’illusion créée par ce dernier. Souvent on donne de l’importance au regard des autres or que ce n’est que de la peur et de l’appréhension maquillées. et comme tu l’as bien souligné, croire en soi est souvent la clé pour réellement progresser et atteindre ses objectifs 😉
      Au plaisir de te lire 🙂

  2. Julien - Un monde pour les introvertis says:

    Salut Nassim,
    merci pour ton article,
    je me demande si la peur du regard des autres n’est pas souvent en fait une sorte d’excuse pour ne pas affronter sa propre peur… je m’explique en donnant un exemple : tu as peur de changer de vie, par exemple changer de carrière, parce que tu as peur du « qu’en dira-t-on » des collègues, des parents…, cette peur te bloque pour prendre la décision et faire le grand pas. Mais cette peur traduit peut-être finalement ton propre doute du bien fondé de cette décision, peur de ne pas pouvoir l’expliquer aux autres comme à soi-même…
    Quand on a peur du regard des autres, il faut donc d’abord regarder regarder en soi pour affronter ses propres doutes.
    J’espère que je me suis fait comprendre…
    A bientôt,
    Julien

    1. Nassim says:

      Merci pour ton commentaire Julien.
      Je suis d’accord avec toi, parfois derrière le regard des autres se cache la peur d’assumer ses choix, ses décisions. On se cache alors derrière le fameux qu’en-dira-t-on.
      Pour s’en libérer, il faut croire en soi et croire en son potentiel.
      Au plaisir de te lire 🙂

  3. Michele says:

    Un jour, alors que je devais faire l’une de mes premières interventions publiques, une personnes m’a dit que sur un public de cent personnes, 3 allaient me détester. A moi de choisir si je voulais me concentrer sur ces 3% ou sur les 97 autres.

    Aussi simple que cela puisse paraître, cela m’a réellement permis de mettre les choses en perspective. Depuis, j vis beaucoup mieux le regard des autres

    1. Nassim says:

      Merci, Michele, d’avoir partagé avec nous ton expérience. Il est tout à fait vrai que l’on ne peut pas plaire à tout le monde et que quoi que l’on fasse, il y aura toujours quelqu’un, à qui ça déplaira, alors autant apprendre à accepter cette réalité et à vivre avec elle.
      À bientôt 🙂

  4. Laurence says:

    Bonjour Nassim et merci pour ton article !

    Cette liberté d’être pleinement nous-mêmes, face à nos peurs, face aux regards, face à l’inconnu, est un thème qui m’est cher et j’espérais vraiment que quelqu’un en fasse mention : mission accomplie avec brio, bravo !
    J’apprécie tout particulièrement le fait que tu te dises rêveur et artisan de tes rêves : c’est, je le crois, une des plus belles missions de vie à se donner.

    Merci encore de ta participation !

  5. Nassim says:

    Hello Laurence,
    C’était un plaisir pour moi de pouvoir participer à ton Édition 🙂
    À bientôt !

  6. Julien says:

    Salut!

    Je profite de ma visite sur ton blog pour lire tes articles et te donner mon point de vue (et souvent je laisse des commentaires quand je ne suis pas tout à fait d’accord, car je pars du principe qu’on apprend par le désaccord intelligent)

    Le message de ton article est vraiment cool! Genre: I don’t car about what the others think!

    Il y a 2 points que je souhaite soulever, le premier: l’ego est bien. À mon avis il fait partie de notre esprit et c’est grâce à lui que j’ai réussi à accomplir beaucoup de choses, surtout au début. Sans l’ego, j’aurais certainement abandonné lors de ma marche des 100km, ou je n’aurais pas sauté de l’avion, ou je n’aurais pas abordé cette nana qui est ma copine. Après je ne sais pas ce que tu entends par « ego » exactement ^^C’est aussi une grosse discussion. Je pense que la réponse se situe dans le dosage et non pas dans les extrêmes.

    Ensuite le regard des autres. C’est la mode de vouloir se détacher du regard des autres… mais où est la limite? J’ai des amis qui ont totalement changé pour se détacher du regard des autres (je ne sais pas si ils sont plus heureux maintenant) et le résultat n’est pas terrible. Evidemment c’est mon point de vue, mais j’ai remarqué qu’il est important de prendre en compte le regard des autres et les règles sociales pour avancer.

    Si je vais parler à une nana (je prends souvent cet exemple car très explicite) je pourrais lui dire « salut, je te veux, vient voir mon aquarium chez moi »

    Finalement je suis assez authentique, mais je devrais prendre en compte le regard des autres. Nous sommes des animaux sociaux, et même si j’aimerais aller plus rapidement au but et me détacher des autres et de leur regard, je ne le fais pas toujours. Car j’ai aussi testé la variante  » I don’t care »

    Tout comme je pourrais aller à un entretien d’embauche en survet. Après c’est un choix personnel. Un ami disait: Plus tu es différent (et donc souvent moins soumis au regard des autres) et moins tu plairas à la masse. Mais les personnes qui t’aimeront, t’adoreront.

    Je termine par cité un type qui a écrit un article sur le site medium

    « Vous n’êtes pas plus qu’une poignée de secondes d’attention donnée par les autres à un statut Facebook. En 2014, personne n’a le temps de s’intéresser aux autres dans un monde aussi peuplé que bruyant.

    Si l’avis des autres vous importe tant, vous allez perdre votre temps à essayer de prouver que vous avez réussi au lieu de vous concentrer sur votre société. »

    A+

  7. Nassim says:

    Hello Julien,
    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que l’on apprend beaucoup plus grâce au désaccord intelligent
    Pour revenir à ta réponse, tu as soulevé des points très importants et je suis d’accord avec toi sur le fait que l’on est des animaux sociaux, et que lorsqu’on vit dans une société donnée, on est bien obligée de respecter les règles communément admises par les membres de cette société. On ne peut pas par exemple se balader tout nu dans la rue et dire que l’on se fout du regard des autres, et que l’on vit sa vie comme l’on voudrait. Il faut savoir se fixer des limites. Être libre du regard des autres ne veut pas dire faire n’importe quoi. L’idée que je défends dans cet article est tout autre.
    On voit beaucoup de personnes mettre à côté leurs rêves parce qu’ils ont peur de ce que les autres vont penser d’eux. Parce qu’on leur a dit qu’il ne pouvait pas le faire. Parce que l’opinion des autres est devenue leurs réalités…
    Ils se préoccupent tellement de ce que leurs parents, leurs amis, leurs voisins vont dire qu’ils passent à côté de tellement de choses, de tellement d’opportunités…
    Nos choix doivent être faits en fonction de nos valeurs les plus profondes et non en fonction des opinions de quelqu’un d’autre. Vivre dans le regard des autres est pour moi le meilleur moyen de passer à côté sa vie. Bien entendu, comme pour tout, il y’a des limites à respecter.

    A bientot 🙂
    PS. En donnant l’exemple de l’entretien d’embauche en survêt, je me suis rappelé une scène dans le film « ‘à la recherche du bonheur »’ ou Wil Smith se pointe à son entretien en tee-shirt et couvert de peinture.
    Je ne sais pas si tu as vu le film. C’est l’un de mes préférés 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *